Comment s’adapter à la vie montréalaise?

Riina Allinen
Share on Facebook8Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

- Riina Allinen, Université de Montréal (en échange de janvier à juillet 2015)

Je viens de passer six mois dans la belle ville de Montréal au Québec. Cette ville laissait une trace éternelle dans mon coeur. Voilà quelques examples de l’adaptation d’une étudiante finlandaise à la société montréalaise.

Au début de ma grande aventure, en janvier 2015, j’étais remplie par émotions. Tous les voyageurs connaissent certainement le sentiment divisé en deux extrêmes : d’un côté la tristesse de quitter le zone de comfort et de l’autre l’enthousiasme de se lancer dans une nouvelle aventure.

Malgré une recherche profonde sur ma destination, ce qui m’attendait me rendait un peu incertaine. Est-ce que je renconterais des nouveaux amis ? Est-ce que je m’adapterais bien dans une grande métropole où il fait froid même pour quelqu’un du nord de l’Europe ? Est-ce que je me déroulerais pendant six mois ? Voilà quelques questions qui remplissaient ma tête avant de partir au Québec.

Le processus d’adaptation commençait lors les premiers jours. J’ai rencontré ma famille d’accueil, une charmante famille francophone au quartier de Westmount, quelques kilométres du centre ville de Montréal. Pendant les deux premières semaines j’avais déjà fait connaissance avec quelques spécialités de la cuisine québécoise ; le pâté chinois et le poudding au chômeur, pour nommer quelquesunes.

Loger dans une famille locale est une opportunité excellente pour plonger dans une nouvelle culture ! C’est une façon unique pour mieux connaître la vie locale. Je suis devenue une partie de cette famille montréalaise qui m’appele leur « chère finlandaise ».

En tout cas, l’adaptation à la société locale ne se fait pas uniquement à la maison. Dès le début il est essentiel d’avoir un esprit ouvert qui aide à découvrir des nouveaux endroits et, le plus important, à rencontrer des gens. Même qu’en échange on rencontre facilement d’autres étudiants dans la même situation, ceux ne sont malheureusement pas eux qui nous montrent la culture locale. Rencontrer des locaux ouvre des portes uniques !

Dans mon cas, j’ai rencontré des locaux aussi bien à l’université qu’aux loisirs différents. Mon équipe de ringuette (un sport d’hiver québecois), des organisations du bénévolat et des cours étaient des meilleurs endroits pour rencontrer des locaux.

Riina Allinen

Un esprit curieux, ouvert et tolérant aide à mieux découvrir cette belle ville. Bonne chance en échange !

Share on Facebook8Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone